Transport d’animaux vivants : ce qu’il faut savoir

Le transport d’animaux vivants peut avoir lieu pour se rendre à l’abattoir ou encore dans une autre ferme. Quelle que soit la raison, il importe pour tous les transporteurs de se conformer à la réglementation qui encadre l’activité.

Transport des animaux vivants sur route, quelles obligations pour les particuliers ?

Tout comme les professionnels, les particuliers, eux aussi sont conviés à respecter la réglementation liée au transport d’animaux vivants. Il faut savoir que toute forme d’irrégularité et de non-conformité est passible à une amende de 750 €.

Si vous envisagez vous déplacer en emmenant des animaux vivants, il est requis que ces derniers soient aptes au déplacement routier. Transporter des animaux malades, en fin de gestation, ou encore blessés est strictement interdit. Votre véhicule doit aussi respecter les minimums de confort et doit être aménagé de façon que les animaux ne risquent pas de souffrir ou de blesser. Dans la mesure du possible, le trajet doit être de courte durée, y compris le temps de l’abreuvement et l’alimentation des animaux transportés.

Comment choisir son transport animalier ?

Pour prévenir les sanctions lors du contrôle, il est judicieux de faire appel à un transporteur animalier professionnel et agrée. Alors, comment savoir si la compagnie est-elle qualifiée ou non ? Pour cela, il importe de vérifier certains points, à savoir, l’autorisation du transporteur, le carnet de voyage, la conformité des véhicules et les conditions de transport des animaux.

L’autorisation du transporteur est délivrée par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DD-CSPP). Ce document précise les espèces animalières pouvant être déplacées. À noter qu’il y a deux modèles d’autorisation du transporteur, qu’est l’autorisation de Type I qui accepte un voyage de courte durée et de Type II, l’autorisation qui agrée un trajet de longue durée.

Le transporteur et le convoyeur d’une compagnie de transport animaux vivants agrée doit être titulaire d’un Certificat d’Aptitude Professionnelle au Transport d’Animaux vivants ou CAPTAV. Ceci valide leurs compétences à transporter les espèces d’équidés et d’animaux domestiques autorisées.

Le transporteur a l’obligation de présenter un carnet de voyage comportant des informations sur la période de chargement, l’adresse et la raison sociale du lieu de chargement, la période prévue de livraison des animaux et la raison sociale du destinataire, les espèces et le nombre d’animaux transportés, la référence du véhicule et sa dernière désinfection, les documents réglementaires des animaux comme les passeports bovins ou autres.

Tout véhicule de transport animalier est contraint de se conformer aux normes de sécurité routière à l’instar de signalisation, de système d’éclairage et d’étanchéité. Et mêmement respecter les conditions de confort et d’aération des animaux transportées qui se traduisent par l’aménagement du véhicule avec des planchers à compartiments, les cloisons ainsi que les rampes.

Ce qu’il faut veiller durant le trajet

Pendant le transport d’animaux vivants, il convient de conduire tranquillement. Rouler à une vitesse importante ou les coups de frein risquent de les faire souffrir. Pendant le trajet, notamment s’il s’agit d’un parcours de longue durée, il faut prévoir plusieurs arrêts pour assurer un abreuvement et une alimentation correcte des animaux transportés.

Il importe de veiller à la température et à la ventilation du véhicule. À chaque arrêt, vous devez inspecter les animaux et vérifier s’il n’y a pas des malades ou des blessés. Si jamais vous en apercevez, il est nécessaire de les sortir du groupe et de l’isoler. Pour votre sécurité, tout en prévoyant les éventuelles urgences, il faut toujours rester en contact avec le service d’assistance vétérinaire.

Qui peut conduire votre tracteur sur votre exploitation agricole ?
Récupération de l’eau de pluie sur une exploitation agricole : pourquoi et comment ?